Le jugement de la célébration de son anniversaire

Question :

Quel est le jugement de la célébration de son anniversaire ?

Réponse :

La célébration de son anniversaire n’existe pas en Islam. C’est une tradition qui est venue des pays non musulmans.

“Un Juif vint chez Omar Ben Al-Khattâb et lui dit : “Ô prince des croyants ! vous lisez dans votre Livre (Coran) un verset s’il nous était révélé, nous les juifs, nous aurions considéré le jour de sa révélation comme une fête” Quel verset ? demanda Omar. – Il est celui-là, répondit le juif : « Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’islam comme religion pour vous. » (5:3) Et Omar de répliquer : “Par Dieu, je sais le jour et même l’heure de sa révélation à l’Envoyé de Dieu – que Dieu prie sur lui et le salue – C’était à Arafa, un vendredi et j’étais présent.” 1

Alors, on comprend que les fêtes dans l’Islam sont liées aux occasions religieuses. Cet homme juif dit : “un verset s’il nous était révélé, nous les juifs, nous aurions considéré le jour de sa révélation comme une fête”, mais ils ne l’ont pas fait parce que cette occasion n’est pas en harmonie avec leurs croyances religieuses. On peut questionner alors : Pourquoi les musulmans célèbrent les fêtes venant des cultures non islamiques ?

Les musulmans ont une culture islamique qui doit être indépendante des autres cultures en ce qui concerne ces sujets. La nation islamique a deux occasions à célébrer : La fête de la rupture du jeûne et la fête d’Aladha.

Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit en guise d’avertissement contre l’adoption des pratiques non islamiques : “Vous suivriez pas à pas les traditions de vos prédécesseurs au point que s’ils s’étaient introduits dans le trou d’un lézard, vous les y suivriez !” – Ils dirent : “Les Juifs et les Chrétiens ? Ô Messager de Dieu ?”

– “Qui donc ?”  2. L’expression “Qui donc ?” signifie qu’il ne s’agit que de ceux-là.

Dieu a seul le droit de légiférer les lois qui doivent être respectées par tout le monde, surtout les musulmans, car Dieu dit : « Il a établi pour vous les obligations religieuses qu’Il avait prescrites à Noé, et aussi ce que Nous t’avons révélé, et ce que nous avons prescrit à Abraham, à Moïse et à Jésus : qu’ils observent la religion et que vous ne vous divisiez pas à son sujet ! Pour les associateurs, ce vers quoi tu les appelles leur paraît énorme. Dieu attire à Lui qui veut et Il guide vers Lui celui qui fait repentance. » Al-Shûrâ (42:13)

Et Il dit dans un autre verset : « Ont-ils des associés qui auraient établi pour eux des lois religieuses que Dieu n’aurait pas autorisées ? Si la sentence décisive n’avait pas été prononcée, il aurait été statué entre eux. Certes, aux iniques est réservé un châtiment douloureux. » Al-Shûrâ (42:21)

En résumé : les musulmans doivent éviter la célébration de telles occasions parce qu’ils ont dans la religion islamiques deux fêtes à célébrer : La fête de la rupture du jeûne et la fête d’Aladha.

Facebook'ta PaylaşTwitter'da Paylaş
Date: May 6, 2015