La capture est un des résultats d’une guerre légitime

La capture est un des résultats d’une guerre légitime :

Puisque la capture est un des résultats d’une guerre légitime, le Coran a parlé des règles du traitement des prisonniers et des prisonnières : « Lorsqu’au combat vous rencontrez les mécréants, terrassez-les en les frappant sur la nuque et ligotez-les fermement ; plus tard, vous les libérerez ou les échangerez contre une rançon en attendant que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi : si Dieu le voulait, Lui-même en finirait avec eux ; mais Il veut vous éprouver les uns par les autres. Ceux qui seront tués dans le chemin de Dieu, Il ne rendra pas vaines leurs actions.

Il les dirigera et Il inclinera leur pensée vers le bien,

puis Il les introduira dans le Jardin qu’Il leur a fait connaître. » Muhammad (47: 4-6)

Dieu dit : « Si tu t’en saisis à la guerre, traite-les de façon à décourager ceux qui se trouvent derrière eux. Peut-être réfléchiront-ils ! » Al-Anfal (8:57)

Dieu dit dans un autre verset : « Il n’appartient pas à un prophète de faire des captifs tant qu’il n’a pas mené sur terre un combat acharné. Vous voulez les biens de ce monde, mais Dieu veut [pour vous] la vie future. Dieu est Puissant, Sage.

Si une prescription de Dieu n’était pas déjà intervenue, un terrible châtiment vous aurait atteints à cause de ce dont vous vous êtes emparés. » Al-Anfal (8:67-68)

Le messager n’a pas le droit d’asservir les prisonniers et les prisonnières comme le dit le verset suivant : « Il ne siérait pas qu’un homme auquel Dieu a donné le Livre, la Sagesse et la Prophétie aille ensuite dire aux hommes : ”Soyez mes adorateurs, non ceux de Dieu” ; mais il devrait dire : ”Soyez des maîtres, puisque déjà vous enseignez l’Ecriture et que vous l’étudiez.” » Al Imran (3:79)

Il est clair que l’islam a instauré le système de la capture et a annulé l’asservissement des prisonniers et des prisonnières.

Le système de la capture se base sur deux choix :  La libération des captifs(ves) sans aucune condition ou l’échange contre une rançon.

Le prophète a appliqué ce système traitant les captifs(ves) de la bataille de Badr, de Bani Moustalaq et de Banou Quraizha.

Le but de la capture :

L’islam a légitimé les guerres pour l’auto-défense et nous a ordonné de mettre fin à ces guerres dans le cas de la défaite de l’ennemi.

La capture est la meilleure solution qui permet aux soldats de l’ennemi de vivre après la défaite de l’armée de l’ennemi.

Mais la capture dans le but de prendre les butins avant la destruction des capacités de l’ennemi est interdite, il faut alors tuer les grands dirigeants de l’ennemi pour les empêcher d’attaquer les musulmans de nouveau.

La capture des femmes dans les guerres :

On comprend que la capture des femmes et des enfants dans les guerres est permise pour les raisons suivantes :

1. La protection des femmes et des enfants qui ne sont pas considérés comme combattants.

2. L’obligation de l’ennemi pour accepter la trêve et pour l’échange de prisonniers.

3. Les femmes et les enfants doivent être loin de champ de bataille.

Alors, la capture des femmes et des enfants est un des moyens pour mettre fin aux guerres.

Nous citons cette narration sur ce sujet :

Marwan ibn al-Hakam et al-Miswar ben Makhrama dirent : A l’arrivée de la délégation des Hawazin pour déclarer leur conversion à l’islam, le messager de Dieu se leva… Ils lui demandèrent de leur rendre leurs biens et leurs captifs. ”Ce que j’aime le plus, leur dit le messager de Dieu, sont les paroles véridiques : Choisissez l’une des deux choses : Soit les captifs, soit les biens, car c’est pour vous que fut retardé (le partage du butin la première fois)”.

En effet, après son retour de Ta’if le messager de Dieu les attendit plus de dix nuits.

Convaincus enfin que le messager de Dieu n’allait leur donner qu’une seule chose, ils se prononcèrent en faveur de leurs prisonniers. Et le messager de Dieu de s’adresser aux musulmans.

Il loua Dieu de ce qu’Il est digne et dit : ”Cela dit, vos frères qui sont ici sont venus à nous repentants, et j’ai pensé leur rendre leurs prisonniers. Que celui qui veut faire grâce, le fasse ! et que celui qui veut (les remettre en) conservant sa part, jusqu’à ce que nous soyons dans le pouvoir de la lui rendre dès le premier butin que Dieu nous accordera, le fasse !”

Les fidèles dirent : ”Nous leur faisons grâce en considération pour le messager de Dieu.

Mais nous ne savons pas ceux qui sont consentants et ceux qui ne le sont pas, dit le messager de Dieu : revenez chez vous afin que vos chefs nous renseignent sur votre décision !”

En effet, les gens retournèrent et leurs chefs parlèrent avec eux sur le sujet. Après quoi, ils allèrent informer le messager de Dieu que les fidèles avaient fait grâce et consenti.

C’est ce qui nous est parvenu des captifs des Hawazin [1].

Les criminels de guerres et les combattants qui ne doivent pas être capturés :

Les musulmans peuvent tuer et capturer les soldats de l’ennemi qui ont attaqué les musulmans dans la guerre, tandis que la capture est interdite dans les guerres qui se déroulent entre les musulmans.

Le soldat appartenant à l’ennemi des musulmans ne doit pas être tué s’il a annoncé qu’il est devenu musulman comme dans le cas de Suhail ben Albaida’a dans la bataille de Bader [2].

La capture des soldats de l’ennemi doit suivre la destruction des capacités stratégiques de l’ennemi.

Les captifs qui avaient commis un crime avant la guerre doivent être punis à cause de leurs crimes, même si cette punition est la mort.

Les criminels de guerre qui annoncent la guerre pour les intérêts économiques et politiques doivent être tués [3].

Les captifs ne sont pas responsables de ce qu’ils font pendant la guerre, c’est le consentement des savants [4].


[1] Boukhari, Sur le fait d’avoir en sa possession un(e) esclave arabe, de le(la) donner, de le(la) vendre, de cohabiter avec la femme esclave, de le(la) rançonner et de garder les enfants de l’esclave avec le statut de captifs, 2539.

[2] Shawkani, Nayl Awtar, Tirmidhi.

[3] Le messager de Dieu a ordonné après la bataille de Bader et la conquête de Makka de tuer certains criminels de guerre comme Alnader ben Haerth, Abdoullah ben khatal et Ouqba ben Abi Mait.

[4] Muhammad hamed Allah, La gestion de l’Etat dans l’islam, p. 262

Facebook'ta PaylaşTwitter'da Paylaş
Date: Mar 31, 2015
Other Fatwas In This Category:
#   Title Date Reads 
1 Pourquoi l’islam a-t-il utilisé différents mots dans ce sujet ? 2015.03.31 1,022
2 Partie 2 : La fin de la période de l’esclavage et le début du système de la capture dans l’islam 2015.03.31 906
3 Les enseignements Coraniques sur la guerre 2015.03.31 1,878
4 La capture est un des résultats d’une guerre légitime 2015.03.31 988
5 La capture sans guerre 2015.03.31 1,376
6 Les deux bases du système islamique concernant les captifs(ves) 2015.03.31 1,411
7 L’esclavage et l’exploitation sexuelle des prisonnières à la lumière du Coran et de la Sunna 2015.03.31 2,197
8 L’histoire de Banu Quraidha 2015.03.31 6,367
9 Les idées fausses contraires au Coran et à la Sunna sur le sujet des prisonnières 2015.03.31 1,235
10 Le contrôle des terres détenues par les prisonniers (Khaibar خَيْبَر est un exemple) 2015.03.31 3,271
11 Qui est Ali Riza Demirjan ? 2015.03.31 1,264
12 Le bon comportement du prophète envers les captives 2015.04.06 6,244
13 Introduction 2015.03.31 674
14 Partie 3 : L’interdiction de l’esclavage des prisonnières de guerre 2015.04.06 5,885
15 L’islam a-t-il mis fin à l’esclavage et à l’exploitation sexuelle des prisonnières ? 2015.03.31 1,075
16 Les différences fondamentales entre l’esclavage et le système de capture dans l’islam 2015.04.06 7,781
17 L’histoire de l’esclavage 2015.03.31 4,019
18 Les idées de la méthode contraire au Coran et à la Sunna 2015.03.31 1,033
19 La méthode contraire au Coran et à la Sunna est encore présente 2015.03.31 1,292
20 Notre méthode dans ce livre 2015.03.31 1,057
21 Les termes qui concernent les prisonniers et les prisonnières et leurs sources 2015.03.31 2,038