Le commandement du Prophète

Question :

Le Prophète Muhammad (la bénédiction et la paix de Dieu soient sur lui) était un chef d’Etat en plus d’être le Messager de Dieu. Faut-il différencier entre les décisions qu’il prend comme un président et les décisions qu’il prend comme un Prophète ?

Réponse :

Le Messager de Dieu se réfère au Message de Dieu, la tâche du Messager est d’informer les gens avec les versets qu’il a reçu par révélation de Dieu. Le Prophète Muhammad expliquait et appliquait ces versets. Dans le Coran cette pratique est appelée “hikmah – sagesse” qui se réfère au jugement correct, donc son devoir était d’enseigner et d’appliquer la sagesse selon les commandements de Dieu le Tout-Puissant :

كَمَا أَرْسَلْنَا فِيكُمْ رَسُولاً مِّنكُمْ يَتْلُو عَلَيْكُمْ آيَاتِنَا وَيُزَكِّيكُمْ وَيُعَلِّمُكُمُ الْكِتَابَ وَالْحِكْمَةَ وَيُعَلِّمُكُم مَّا لَمْ تَكُونُواْ تَعْلَمُونَ

« C’est ainsi que Nous vous avons envoyé un Prophète pris parmi vous. Il vous communique Nos signes ; il vous purifie ; il vous enseigne le Livre et la Sagesse ; il vous enseigne ce que vous ne saviez pas. » AL-baqara (2:151)

Le Prophète Muhammad aurait fait des erreurs pendant qu’il tirait les décisions correctes du Coran. Dieu Tout-Puissant l’a averti en cas d’erreurs telles que celles qu’il avait faites dans les relations avec ses épouses (At-Tahreem/ l’interdiction, 66:1-6), avec ses pratiques liées aux esclaves (Al-Anfal / butin de guerre, 8:67-68), avec permettre à certains hypocrites (Au-Tawbah / Le Repentir, 9:43) et ses attitudes à l’égard des musulmans (Abasa / Il fronça les sourcils, 80:1-10). Par conséquent, en étant corrigé de ses erreurs, il s’avère être un être humain, pas un dieu.

Le Coran est un Livre divin qui contient les versets qui sont apportés à Muhammad par la révélation, les sagesses que notre Prophète a compris à travers le Coran constituent sa Sunna. Il montre que Dieu Tout-Puissant approuve ces pratiques en corrigeant les erreurs comme l’ont dit les versets suivants :

وَمَا كَانَ لِمُؤْمِنٍ وَلَا مُؤْمِنَةٍ إِذَا قَضَى اللَّهُ وَرَسُولُهُ أَمْرًا أَن يَكُونَ لَهُمُ الْخِيَرَةُ مِنْ أَمْرِهِمْ وَمَن يَعْصِ اللَّهَ وَرَسُولَهُ فَقَدْ ضَلَّ ضَلَالًا مُّبِينًا

« Il n’appartient pas à un croyant ou une croyante, lorsque Dieu et Son Envoyé ont décidé une chose, d’exercer un choix sur leur affaire. Celui qui désobéit à Dieu et à Son Envoyé s’égare dans un égarement manifeste. » Al-Ahzab (33:36)

فَلاَ وَرَبِّكَ لاَ يُؤْمِنُونَ حَتَّىَ يُحَكِّمُوكَ فِيمَا شَجَرَ بَيْنَهُمْ ثُمَّ لاَ يَجِدُواْ فِي أَنفُسِهِمْ حَرَجًا مِّمَّا قَضَيْتَ وَيُسَلِّمُواْ تَسْلِيمًا

« Mais non, par ton Seigneur ! Ils ne seront pas de vrais croyants tant qu’ils ne t’auront pas fait juge de leurs différends, et qu’ensuite ils ne trouveront plus en eux-mêmes d’échappatoire à ce que tu auras décidé et s’y soumettront entièrement. » Al-Nisa’ (4:65)

En conséquence, les décisions et les pratiques du Messager sont obligatoires pour tous les musulmans.

Facebook'ta PaylaşTwitter'da Paylaş
Date: Aug 2, 2014