Islam et Musulmans

Puis-je acheter une maison en utilisant une hypothèque auprès d’une banque ?

Question :
Puis-je acheter une maison en utilisant un prêt hypothécaire d’une banque ? J’ai demandé à quelques savants qui m’ont dit que je le pouvais en cas de nécessité mais je ne suis pas rassuré. Je tiens aussi à vous le demander. Qu’en pensez-vous ?
Réponse :
L’hypothèque est un droit accordé à un créancier sur un bien immobilier en garantie d’une dette, sans que le propriétaire du bien en soit dépossédé. Les intérêts sont donc transmis par l’hypothèque, et l’intérêt est l’un des plus grands interdits du Coran :

الَّذِينَ يَأْكُلُونَ الرِّبَا لاَ يَقُومُونَ إِلاَّ كَمَا يَقُومُ الَّذِي يَتَخَبَّطُهُ الشَّيْطَانُ مِنَ الْمَسِّ ذَلِكَ بِأَنَّهُمْ قَالُواْ إِنَّمَا الْبَيْعُ مِثْلُ الرِّبَا وَأَحَلَّ اللّهُ الْبَيْعَ وَحَرَّمَ الرِّبَا فَمَن جَاءهُ مَوْعِظَةٌ مِّن رَّبِّهِ فَانتَهَىَ فَلَهُ مَا سَلَفَ وَأَمْرُهُ إِلَى اللّهِ وَمَنْ عَادَ فَأُوْلَئِكَ أَصْحَابُ النَّارِ هُمْ فِيهَا خَالِدُونَ

« Ceux qui se nourrissent de l’usure ne se lèveront que comme se lève celui que Satan a violemment frappé, il en sera ainsi parce qu’ils disaient : ”La vente est semblable à l’usure“, Mais Dieu a permis la vente et Il a interdit l’usure. Celui qui, ayant reçu une exhortation de son Seigneur, cesse de pratiquer l’usure, peut conserver ce qu’il a déjà gagné, et son cas relève de Dieu. Mais ceux qui recommencent à pratiquer l’usure sont les hôtes du Feu, où ils demeureront à jamais. » AL-Baqara (2:275)
Personne n’a recourt au prêt s’il n’est pas sûr que c’est là une nécéssité. Car besoin ou non, le prêt est toujours suvit de l’intérêt, et il est très très difficile de s’en défaire ou de lui faire face. C’est pourquoi vous ne vous sentez pas rassuré. Notre Prophète (La paix et la bénédiction de Dieu soient sur lui) a expliqué la mesure suivante à Wabisa :
Wabisa b. Mabad dit : “Je m’en suis rendu chez le Messager Muhammed qui m’a demandé : “Es-tu venu me demander des choses sur la droiture ?” J’ai dit : “Oui”. Puis il frappa sa poitrine trois fois avec son poing fermé et dit : “Wabisa, consultez votre cœur, consultez-vous ! La bonté est ce que votre cœur trouve dans la paix. Le péché est ce qui dérange le cœur, ce qui erre dans la poitrine, même si les gens vous ont donné une fatwa ou ont trouvé ce que vous faites acceptable.” (Sunan Al-Darimi, Achat&Vente’, 2; Ahmad bin Hanbal, 4/228)

Ajouter un commentaire

Suivez-nous