L’autorité califale et la théocratie

L’autorité califale et la théocratie :

L’homme a été créé avec un potentiel pour être calife et il lutte pour avoir le pouvoir. Dieu a dit :

وَإِذْ قَالَ رَبُّكَ لِلْمَلاَئِكَةِ إِنِّي جَاعِلٌ فِي الأَرْضِ خَلِيفَةً قَالُواْ أَتَجْعَلُ فِيهَا مَن يُفْسِدُ فِيهَا وَيَسْفِكُ الدِّمَاء وَنَحْنُ نُسَبِّحُ بِحَمْدِكَ وَنُقَدِّسُ لَكَ قَالَ إِنِّي أَعْلَمُ مَا لاَ تَعْلَمُونَ

« Lorsque Ton Seigneur confia aux Anges : ‹ Je vais établir sur la terre une espèce qui est capable d’être un calife ‹ Khalifa ›. Ils dirent : ‹ Vas-Tu y désigner un qui y mettra le désordre et répandra le sang, quand nous sommes là à Te sanctifier et à Te glorifier ? › – Il dit : ‹ En vérité, Je sais ce que vous ne savez pas ! › » al-Baqarah (2:30)

Le mot “khalifa” (calife) خليفة est dérivé par le forme “feil” فعيل qui veut dire que le sujet peut être actif ou passif. Lorsqu’il a le sens actif ça veut dire qu’une personne remplace une autre. Pour cela, cette personne doit être décédée ou être déplacée. Abou Bakr (RA) a été nommé calife le jour du décès du Prophète. Lorsqu’il a le sens passif ça veut dire qu’une personne est remplacée par une autre. Puisque Adam n’est pas remplacé par quelqu’un d’autre on peut le dire pour son califat.

Selon les anges, l’humain ne signifie rien d’autre qu’une nouvelle espèce. Lorsque Dieu dit : “Je vais établir sur la terre une espèce qui est capable d’être un calife…” les anges ont compris la différence de cette nouvelle espèce et ils ont exprimé leurs angoisses :

“Vas-Tu y désigner un qui y mettra le désordre et répandra le sang ? Quand nous sommes là à Te sanctifier et à Te glorifier… C’est à toi de faire l’impeccable”

Il existe le califat, même dans le monde des animaux mais un seul élément de chaque type a cette propriété. Il existe une lutte de pouvoir entre eux aussi. Par exemple il n’existe jamais deux coqs dans un poulailler. S’il existe ça va perturber l’ordre. L’un va tuer l’autre ou va le chasser. Les poules vont participer à cette lutte. Dans ce cas-là, tous les poulaillers auraient maximum un coq et une poule. Si la lutte était contre le coq et la poule, il n’existerait aucun poulailler. Les anges ont réagi parce qu’ils ont compris que la lutte califale humaine sera soit pour les hommes soit pour les femmes et sera entre les hommes et les femmes en plus.

Dieu n’a pas estimé les anges injustes. Lorsque les gens vont faire la lutte de pouvoir comme les animaux, ils répandront le sang et ils vont propager le désordre pire que le monde des animaux. Mais il y avait une chose que les anges ne savaient pas ; c’est pourquoi Dieu a dit : “…En vérité, Je sais ce que vous ne savez pas !”

وَعَلَّمَ آدَمَ الأَسْمَاء كُلَّهَا ثُمَّ عَرَضَهُمْ عَلَى الْمَلاَئِكَةِ فَقَالَ أَنبِئُونِي بِأَسْمَاء هَـؤُلاء إِن كُنتُمْ صَادِقِينَ

« (Dieu) apprit à Adam tous les noms (de toutes choses), puis Il les présenta aux Anges et dit : ‹ Informez-Moi des noms de ceux-là, si vous êtes véridiques ! › » (al-Baqarah (2:31)

Le nom veut dire un mot qui désigne une chose, qui montre à quoi ça sert et qui sert à le garder vivant à l’esprit. L’enseignement de Dieu à Adam des noms de toutes choses veut dire, apprendre à quoi ils servent et comment les utiliser. Les versets signifient ceci.

Dans le verset “Il apprit à Adam tous les noms” le pronom qui montre les noms pour les créatures inintelligentes c’est “hâ=ها” mais après avoir appris ces noms, le pronom devient “hum=هم“ qu’on utilise pour les créatures intelligentes.

ثُمَّ عَرَضَهُمْ عَلَى الْمَلاَئِكَةِ

“…puis Il les présenta aux Anges…”

Alors, les choses que les anges savaient comme les créatures inintelligentes avaient une chose de créatures intelligentes.  L’esprit donc veut dire l’information que l’homme profitera, [1] on a montré qu’il y a une information même dans les créatures inintelligentes. Celui qui regarde de l’extérieur ne peut pas voir cette connaissance. C’est pour cela que Dieu l’appelait “al-gayb” le mystère et il a dit aux Anges :

“…Ne vous ai-Je pas dit que Je connais les mystères des cieux et de la terre…” al-Baqara (2:33)

Cette connaissance faisait Adam supérieur aux Anges. Cette connaissance a été enseignée à Adam avec l’écriture.

اقْرَأْ وَرَبُّكَ الْأَكْرَمُالَّذِي عَلَّمَ بِالْقَلَمِ  . عَلَّمَ الْإِنْسَانَ مَا لَمْ يَعْلَمْ .

Lis ! Ton Seigneur est le Très Noble, qui a enseigné par la plume [le calame], a enseigné à l’homme (Adam) ce qu’il ne savait pas.” al-Alaq (96:3-5)

Ce que les anges ne savaient pas ; la lutte califale qui va devenir un concours de civilisation et de science. Ce défi, est le défi d’atteindre le meilleur et le plus apprécié. On ne répand aucun sang et on supporte en particulier pour qu’ils survivent. Plus les rivalités sont fortes plus le succès sera extrêmement élevé. Mais si la lutte califale est comme les animaux il y aura perturbation et bain de sang.

1- L’examen

Ce monde est un examen pour l’homme. La base de l’examen c’est le califat. Les intérêts de ceux qui privilégient leurs désirs animaux pendant cette lutte, deviennent contraires aux commandements de Dieu. Ceux qui préfèrent leurs intérêts, ferment leurs yeux à la vérité mais ils n’oublient pas de cacher leurs intentions. Dieu a dit :

وَوَيْلٌ لِّلْكَافِرِينَ مِنْ عَذَابٍ شَدِيدٍ.الَّذِينَ يَسْتَحِبُّونَ الْحَيَاةَ الدُّنْيَا عَلَى الآخِرَةِ وَيَصُدُّونَ عَن سَبِيلِ اللّهِ وَيَبْغُونَهَا عِوَجًا أُوْلَـئِكَ فِي ضَلاَلٍ بَعِيدٍ

« Et malheur aux mécréants, pour un dur châtiment [qu’ils subiront]. Ceux qui préfèrent la vie d’ici-bas à l’au-delà, obstruent [aux gens] [2] le chemin de Dieu et cherchent à le rendre tortueux, ceux-là sont loin dans l’égarement. » Abraham (14:2-3)

Eux, Ils commencent par voir le Livre de Dieu bloqué et compliqué. Dieu dit :

مَن يَعْشُ عَن ذِكْرِ الرَّحْمَنِ نُقَيِّضْ لَهُ شَيْطَانًا فَهُوَ لَهُ قَرِين. وَإِنَّهُمْ لَيَصُدُّونَهُمْ عَنِ السَّبِيلِ وَيَحْسَبُونَ أَنَّهُم مُّهْتَدُونَ

« Quiconque reste insensible à l’appel de Dieu, Nous lui susciterons un démon qui deviendra son compagnon inséparable. Les démons ont, en effet, pour habitude de détourner les hommes du droit chemin, tandis que ces derniers s’estiment être bien guidés. » Az-Zukhruf (43:36-37)

Satan est toujours dans le droit chemin, parce que c’est son espace de travail. Satan trompe les gens en utilisant la religion. Le démon a dit, lorsqu’il a eu le permis de vivre jusqu’à la fin du monde.

لَأَقْعُدَنَّ لَهُمْ صِرَاطَكَ الْمُسْتَقِيمَ. ثُمَّ لَاٰتِيَنَّهُمْ مِنْ بَيْنِ أَيْدِيهِمْ وَمِنْ خَلْفِهِمْ وَعَنْ أَيْمَانِهِمْ وَعَنْ شَمَائِلِهِمْ وَلَا تَجِدُ أَكْثَرَهُمْ شَاكِرِينَ

« …je m’assoirai pour eux sur Ton droit chemin. Puis je les assaillirai de devant, de derrière, de leur droite et de leur gauche. Et, pour la plupart, Tu ne les trouveras pas reconnaissants. » al-Araf (7:16-17)

Satan est issu de l’homme et du djinn. [3] Pour chasser celui qui est issu des djinns c’est suffisant de se réfugier auprès de Dieu. Mais c’est difficile de lutter contre le Satan humain. Ils savent tous les détails de la religion et ils réussissent à exalter leur falsification. Ils ont un grand succès en approchant les gens par leur point faible.

Lorsque Dieu a équipé Adam de la connaissance, Il a installé Adam dans un jardin pour répondre à ses besoins et Il a dit :

« Ô Adam, habite le Paradis, toi et ton épouse ; et mangez-en vous deux, à votre guise ; et n’approchez pas l’arbre que voici ; sinon, vous seriez du nombre des injustes. » al-Araf (7:19)

Et Il a dit sur Satan :

Ô Adam, celui-là est vraiment un ennemi pour toi et ton épouse. Prenez garde qu’il vous fasse sortir du Paradis, car alors tu seras malheureux. Car tu n’y auras pas faim ni ne sera nu. Tu n’y auras pas soif ni ne seras frappé par l’ardeur du soleil.” Ta-Ha (20:117-119)

Lorsque les Anges se prosternent devant Adam, il ne reste aucun rival pour lui. Dans de tels cas, Dieu a dit : « Prenez-garde ! Vraiment l’homme devient rebelle, dès qu’il estime qu’il peut se suffire à lui-même. » al-Alaq (96:6-7)

Iblis avait mis à profit et il a chuchoté à Adam :

…Ô Adam, t’indiquerai-je l’arbre de l’éternité et un royaume impérissable ?” Ta-Ha (20:120)

L’éternité et un royaume impérissable n’appartiennent qu’à Dieu. Mais Adam a dépassé les limites en les demandant, Adam et sa femme ont mangé de l’arbre. Cela démontre que “le calife humain” voudra devenir Dieu lorsqu’il n’a pas un rival. Pourtant Adam se rend compte de son erreur et il s’est excusé.

Les satans qui s’assoient sur le droit chemin en exploitant ce sentiment de l’homme ont divinisé l’autorité supérieure et ils les ont pervertis. C’est ainsi que la théocratie se forme.

2- Calife, président :

Selon les versets au-dessus, tous les hommes sont califes ; tout le monde se remplace les uns les autres. Aujourd’hui lorsqu’on parle de “calife”, la première chose qui nous vient à l’esprit est le Président de l’État Islamique. Abou Bakr (RA) était le calife de notre Nabi. Omar était le calife d’Abou Bakr et Othman était le calife d’Omar.

Ce qui est important, ce n’est pas être le calife, c’est la manière dont il se comporte. Est-ce qu’il versera le sang comme des animaux ou il va contribuer au développement de la science et de la civilisation en donnant l’importance à la liberté pour tout le monde. Pour réaliser le deuxième il faut sacrifier les avantages personnels aux bénéfices divins. Préférer ce bas monde à l’au-delà est un grand danger comme il avait même pu influencer Adam. Ceux qui souhaitent bénéficier de la richesse d’autorités, deviennent leur serviteur avant Dieu et cela les empêchera de voir la vérité.

3- Mohammad (le président exemplaire) :

Mohamed est Rasoul « messager » de Dieu et le dernier Nabi. Ceux qui font un glissement sémantique pour les notions Nabi et Rasoul, ils lui disent le dernier Rasoul. Car selon la majorité, le Rasoul est celui qui est envoyé avec un nouveau livre et législation, et Nabi est celui qui annonce le livre et la législation du prophète précédent à son peuple [4]. Dès qu’il n’y a plus de Nabi alors il n’y a personne pour annoncer.

Selon la tradition il n’existait pas un livre et une législation relevée pour Ismaël. C’est pour cela qu’il est seulement un Nabi. Mais selon le verset 83 de la Sourate al-An’am et les versets suivants, on lui a fait descendre le Livre et la Sagesse. Selon ce verset il est un Rasoul ainsi qu’un Nabi.

وَاذْكُرْ فِي الْكِتَابِ إِسْمَاعِيلَ إِنَّهُ كَانَ صَادِقَ الْوَعْدِ وَكَانَ رَسُولًا نَّبِيًّا

“Et mentionne Ismaël, dans le Livre. Il était fidèle à ses promesses ; et c’était un Messager et un prophète.” Maryam (19:54)

La différence entre Nabi et Rasoul est très importante. Rasoul est celui qui fait passer les mots de quelqu’un à quelqu’un d’autre sans ajouter quelque chose de lui-même [5]. On l’appelle “un messager”. Mais Nabi (Prophète) est celui à qui on a donné le Livre et la Sagesse selon le verset 83 de la Sourate al-An’am et les versets suivants.

Il existe deux types de messagers (Rasoul) ; l’un est Messager qui est aussi Prophète et l’autre Messager qui n’est pas Prophète. Tous les Prophètes sont Messagers aussi, dès qu’ils sont chargés d’annoncer le Livre de Dieu. Il existe des Messagers sur qui on n’a pas fait descendre un livre mais il n’y a aucun Prophète comme ça. Dans le Coran, on l’appelle Messager Rasoul (الرَّسُول) l’ambassadeur du Roi d’Egypte qu’il a envoyé à Yusuf et les ambassadeurs de Balqis (الْمُرْسَلُ) [6] qu’ils ont envoyés à Salomon, mais on n’appelle jamais Nabi quelqu’un qui n’est pas Prophète.

La notion de prophète (Nabi) s’est finie avec Mohammad (sallallahou alayhi Wa Sallam) ; personne n’aura plus de livre descendu. Dieu a dit :

مَّاكَانَ مُحَمَّدٌ أَبَا أَحَدٍ مِّن رِّجَالِكُمْ وَلَكِن رَّسُولَ اللَّهِ وَخَاتَمَ النَّبِيِّينَ وَكَانَ اللَّهُ بِكُلِّ شَيْءٍ عَلِيمًا

Muhammad n’a jamais été le père de l’un de vos hommes, mais le messager de Dieu et le dernier des prophètes. Dieu est Omniscient.” al-Ahzab (33:40)

Il est important qu’il soit le dernier des Prophètes mais il n’est pas le dernier des Messagers. Car les prophètes qui ne sont pas les messagers, doivent toujours et partout annoncer le Coran.

Si un Messager ajoute quelque chose par lui-même en annonçant le Livre de Dieu, il ne peut plus être Prophète. S’il est Prophète et Messager, il aura une peine de mort. Dieu dit :

وَلَوْتَقَوَّلَ عَلَيْنَا بَعْضَ الْأَقَاوِيلِ. لَأَخَذْنَا مِنْهُ بِالْيَمِينِ. ثُمَّ لَقَطَعْنَا مِنْهُ الْوَتِينَ. فَمَا مِنكُم مِّنْ أَحَدٍعَنْهُ حَاجِزِينَ

Et s’il (le Messager) avait forgé quelques paroles qu’ils Nous avait attribuées, Nous l’aurions saisi de la main droite, ensuite, Nous lui aurions tranché l’aorte. Et nul d’entre vous n’aurait pu lui servir de rempart.” al-Haqqah (69:44–47)

Il faut obéir au Messager sans condition, parce qu’il transmet les mots de Dieu sans ajouter et sans retirer. L’obéissance n’est pas pour lui mais pour les mots (de Dieu) qu’il transmet, Dieu dit :

مَنْ يُطِعِ الرَّسُولَ فَقَدْ أَطَاعَ اللَّهَ

Quiconque obéit au Messager obéit certainement à Dieu…” an-Nisa (4:80)

Mohamed avait le titre de Messager lorsqu’il annonçait le Livre de Dieu ; et le titre de Prophète lorsqu’il pratiquait et enseignait à son peuple. Dieu dit :

إِنَّا أَنْزَلْنَا إِلَيْكَ الْكِتَابَ بِالْحَقِّ لِتَحْكُمَ بَيْنَ النَّاسِ بِمَا أَرَاكَ اللَّهُ وَلَاتَكُنْ لِلْخَائِنِينَ خَصِيمًا

Nous avons fait descendre vers toi le Livre avec la vérité, pour que tu juges entre les gens. selon ce que Dieu t’a appris. Et ne te fais pas l’avocat des traîtres.“ an-Nisa (4:105)

Notre Prophète était sous la supervision de sa nation parce qu’il pouvait faire une erreur dans la décision d’un verdict. C’est pour cela qu’on ne peut pas lui obéir sans condition et sans doute en dehors de ses mots d’annonce du Livre. Le verset est ci-dessous :

يا أَيُّهَا النَّبِيُّ إِذَا جَاءَكَ الْمُؤْمِنَاتُ يُبَايِعْنَكَ عَلَى أَنْ لَا يُشْرِكْنَ بِاللَّهِ شَيْئًا وَلَا يَسْرِقْنَ وَلَا يَزْنِينَ وَلَا يَقْتُلْنَ أَوْلَادَهُنَّ وَلَا يَأْتِينَ بِبُهْتَانٍ يَفْتَرِينَهُ بَيْنَ أَيْدِيهِنَّ وَأَرْجُلِهِنَّ وَلَا يَعْصِينَكَ فِي مَعْرُوفٍ فَبَايِعْهُنَّ وَاسْتَغْفِرْ لَهُنَّ اللَّهَ إِنَّ اللَّهَ غَفُورٌ رَحِيمٌ

Ô Prophète ! Quand les croyantes viennent te prêter serment d’allégeance, [et en jurent] qu’elles n’associeront rien à Dieu, qu’elles ne voleront pas, qu’elles ne se livreront pas à l’adultère, qu’elles ne tueront pas leurs propres enfants, qu’elles ne commettront aucune infamie ni avec leurs mains ni avec leurs pieds et qu’elles ne désobéiront pas en ce qui est convenable, alors reçois leur serment d’allégeance, et implore de Dieu le pardon pour elles. Dieu est certes, Pardonneur et Très Miséricordieux.” Al-Mumtahanah (60:12)

Les femmes susmentionnées étaient la plus faible partie du peuple. Parce qu’elles se sont enfuies de leur famille à Makkah. Elles n’avaient ni leurs familles pour les défendre ni des moyens matériels. On avait permis à ces femmes de se mettre contre les dispositions non conventionnelles du Prophète qui est le Président.

Convention veut dire ce qui résulte d’un accord réciproque. On apporte cette convention, soit par les traditions soit par le Livre et la Sunna. Si on l’apporte par la tradition, il ne faut pas être contre le Livre et la Sunna. Une telle connaissance aura une qualité universelle dès qu’il représente la natalité.

On avait bien expliqué comment révéler une erreur de l’autorité.

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا أَطِيعُوا اللَّهَ، وَأَطِيعُوا الرَّسُولَ وَأُوْلِي الْأَمْرِ مِنْكُمْ، فَإِنْ تَنَازَعْتُمْ فِي شَيْءٍ فَرُدُّوهُ إِلَى اللَّهِ وَالرَّسُولِ إِنْ كُنتُمْ تُؤْمِنُونَ بِاللَّهِ وَالْيَوْمِ الْآخِرِ ذَلِكَ خَيْرٌ وَأَحْسَنُ تَأْوِيلًا

Ô les croyants! Obéissez à Dieu, et obéissez au Messager et à ceux d’entre vous qui détiennent le commandement. Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-là à Dieu et au Messager, si vous croyez en Dieu et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleur interprétation (et aboutissement).” an-Nisa (4:59)

Un croyant ne peut pas s’opposer à Dieu et à Son messager. Le conflit peut être avec les gens qui représentent l’autorité mais on peut le résoudre avec le livre de Dieu. Mohamed était messager en annonçant les versets et il était le Prophète et le Président en les appliquant, c’est pour cela qu’il faut adresser ses applications en cas d’hésitation. Les musulmans ont été menacés pendant la bataille de Badr, parce qu’ils ne l’ont pas fait.

Examen des biens de ce monde de notre Prophète / La Bataille de Badr

Notre Prophète avait capturé, avec une mauvaise décision, des esclaves pendant la bataille de Badr. D’abord lui puis les Musulmans qui ont approuvé sa décision et ont été accusé par les mots suivants :

مَا كَانَ لِنَبِيٍّ أَنْ يَكُونَ لَهُ أَسْرَى حَتَّى يُثْخِنَ فِي الْأَرْضِ تُرِيدُونَ عَرَضَ الدُّنْيَا وَاللَّهُ يُرِيدُ الْآخِرَةَ وَاللَّهُ عَزِيزٌ حَكِيمٌ . لَوْلَا كِتَابٌ مِنَ اللَّهِ سَبَقَ لَمَسَّكُمْ فِيمَا أَخَذْتُمْ عَذَابٌ عَظِيمٌ

Un prophète ne devrait pas faire de prisonniers avant d’avoir prévalu [mis les mécréants hors de combat] sur la terre. Vous voulez les biens d’ici-bas, tandis que Dieu veut l’au-delà. Dieu est Puissant et Sage. N’eût-été une prescription préalable de Dieu, un énorme châtiment vous aurait touché pour ce que vous avez pris. [de la rançon].” al-Anfal (8:67–68)

Selon le verset, ils ont fait cette faute en préférant la vie d’ici-bas à la vie de l’au-delà.

“Vous voulez les biens d’ici-bas, tandis que Dieu veut l’au-delà.”

La raison des mots durs de ce verset c’est parce qu’ils n’avaient pas obéi aux versets ci-dessous descendus précédemment. [7] :

فَإِذَا لَقِيتُمُ الَّذِينَ كَفَرُوا فَضَرْبَ الرِّقَابِ حَتَّى إِذَا أَثْخَنْتُمُوهُمْ فَشُدُّوا الْوَثَاقَ فَإِمَّا مَنًّا بَعْدُ وَإِمَّا فِدَاءً حَتَّى تَضَعَ الْحَرْبُ أَوْزَارَهَا

« Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous jusqu’à leur reddition. Enchaînez-les solidement (capturez-les). Ensuite, c’est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu’à ce que la guerre dépose ses fardeaux… » Mohammad (47:4)

Dans le verset précité “N’eût-été une prescription préalable de Dieu” veut dire :

Les Romains ont été battus par Les Perses avant l’Hégire des Musulmans de la Mecque. Les Versets suivants annonçaient que Les Romains auront vaincu les Perses dans 3 ou 9 années et c’était une annonce d’une victoire pour les Musulmans aussi.

الم .غُلِبَتِ الرُّومُ .فِي أَدْنَى الْأَرْضِ وَهُمْ مِنْ بَعْدِ غَلَبِهِمْ سَيَغْلِبُونَ .فِي بِضْعِ سِنِينَ لِلَّهِ الْأَمْرُ مِنْ قَبْلُ وَمِنْ بَعْدُ وَيَوْمَئِذٍ يَفْرَحُ الْمُؤْمِنُونَ .بِنَصْرِ اللَّهِ يَنْصُرُ مَنْ يَشَاءُ وَهُوَ الْعَزِيزُ الرَّحِيمُ .وَعْدَ اللَّهِ لَا يُخْلِفُ اللَّهُ وَعْدَهُ وَلَكِنَّ أَكْثَرَ النَّاسِ لَا يَعْلَمُونَ

Alif, Lam, Mim. Les Romains ont été vaincus, dans le pays voisin, et après leur défaite ils seront les vainqueurs, dans quelques années. A Dieu appartient le commandement, au début et à la fin, et ce jour-là les Croyants se réjouiront du secours de Dieu. Il secourt qui le demande et Il est le Tout-Puissant, le Tout Miséricordieux. C’est [là] la promesse de Dieu. Dieu ne manque jamais à Sa promesse mais la plupart des gens ne savent pas.” ar-Rum (30:1-6)

Selon la promesse de Dieu, soit les Musulmans, soit les polythéistes mecquois ont attendu des nouvelles de la part des Romains. Lorsqu’Abu Sufyan venait par Damas avec une caravane commerciale, on a entendu que les Romains et les Perses vont s’affronter. Les Musulmans ont avancé pour prendre la caravane, et les Mecquois ont pris la route pour la garder. Abu Sufyan était inquiet pour la caravane. Les Musulmans qui sont partis pour la caravane, se sont confrontés à l’armée Mecquoise à l’improviste.  On apprend cet événement par les versets suivants :

وَإِذْ يَعِدُكُمُ اللَّهُ إِحْدَى الطَّائِفَتَيْنِ أَنَّهَا لَكُمْ وَتَوَدُّونَ أَنَّ غَيْرَ ذَاتِ الشَّوْكَةِ تَكُونُ لَكُمْ وَيُرِيدُ اللَّهُ أَنْ يُحِقَّ الْحَقَّ بِكَلِمَاتِهِ وَيَقْطَعَ دَابِرَ الْكَافِرِينَلِيُحِقَّ الْحَقَّ وَيُبْطِلَ الْبَاطِلَ وَلَوْ كَرِهَ الْمُجْرِمُونَ.

(Rappelez-vous), quand Dieu vous promettait qu’une des deux bandes sera à vous. Vous désiriez vous emparer de celle qui était sans armes (la caravane), alors que Dieu voulait par Ses paroles faire triompher la vérité et anéantir les mécréants (l’armée Mecquoise) jusqu’au dernier.” al-Anfal (8:7)

Les Musulmans ont raté la caravane et ils se sont confrontés à l’armée Mecquoise. S’ils avaient obéi fidèlement à la loi, ils les auraient vaincus et ils seraient entrés à la Mecque. Car “…que Dieu voulait par Ses paroles faire triompher la vérité et anéantir les mécréants jusqu’au dernier, afin qu’Il fasse triompher la vérité et anéantir le faux.” al-Anfal (8:7-8)

Les Musulmans ont affligé un terrible coup à l’armée Mecquoise mais au lieu de les poursuivre pour leur donner le dernier coup ils sont rentrés après avoir capturé les esclaves. Et cela est arrivé avec la permission de notre Prophète. Les compagnons du prophète doivent lui objecter en rappelant les versets sur les esclaves, mais ils ne l’ont pas fait. Alors les compagnons du prophète aussi ont été accusés de préférer ici-bas à l’au-delà comme notre Prophète.

Vous voulez les biens d’ici-bas, tandis que Dieu veut l’au-delà.” (8:67)

Rasoul Allah avait collecté pour des esclaves de Badr, quatre mille (dirham) comme rançon [8]. L’Imam Ach-Chafi’i dit que certains ont été libérés soit gratuitement, soit avec une moindre rançon. [9]. Lorsque les versets sur les esclaves sont descendus, les compagnons ont renoncé à ces rançons.  Après ce verset est descendu [10] :

فَكُلُواْ مِمَّا غَنِمْتُمْ حَلاَلاً طَيِّبًا وَاتَّقُواْ اللّهَ إِنَّ اللّهَ غَفُورٌ رَّحِيمٌ

 Mangez donc de ce qui vous est échu en butin, tant qu’il est licite et pur. Et craignez la punition de Dieu, car Dieu est Pardonneur et Miséricordieux.” al-Anfâl (8:69)

Dieu avait puni Adam et Eve parce qu’ils ont préféré la vie d’ici-bas à l’au-delà et Il les avait fait sortir du jardin où ils vivaient.  Si Dieu n’avait pas promis préalablement aux Musulmans, ils auraient eu une grande défaite à la bataille de Badr. Malgré cela ils y ont triomphé, la conquête de la Mecque est retardée. C’est pour cela qu’ils n’avaient pas pu se repentir de cette faute. Ces versets sont descendus lorsque la conquête de la Mecque apparut à la suite du traité d’Houdaybiya :

إِنَّا فَتَحْنَا لَكَ فَتْحًا مُبِينًا .لِيَغْفِرَ لَكَ اللَّهُ مَا تَقَدَّمَ مِنْ ذَنْبِكَ وَمَا تَأَخَّرَ وَيُتِمَّ نِعْمَتَهُ عَلَيْكَ وَيَهْدِيَكَ صِرَاطًا مُسْتَقِيمًا

En vérité Nous t’avons accordé une victoires éclatante [11]. Afin que Dieu te pardonne tes péchés, passés et futurs, qu’Il parachève sur toi Son bienfait et te guide sur une voie droite.” al-Fath (48:1-2)

Cette sourate qui est descendue après la conquête de la Mecque annonce à notre Prophète qu’il peut maintenant se repentir :

إِذَا جَاءَ نَصْرُ اللَّهِ وَالْفَتْحُوَرَأَيْتَ النَّاسَ يَدْخُلُونَ فِي دِينِ اللَّهِ أَفْوَاجًا .فَسَبِّحْ بِحَمْدِ رَبِّكَ وَاسْتَغْفِرْهُ إِنَّهُ كَانَ تَوَّابًا

Lorsque vient le secours de Dieu ainsi que la victoire, et que tu vois les gens entrer en foule dans la religion de Dieu, alors, par la louange, célèbre la gloire de ton Seigneur et implore Son pardon. Car c’est Lui le grand Accueillant au repentir.” an-Nasr (110:1-3)

Selon ces versets, pour des personnes en autorité même s’il est le Prophète de Dieu, c’est difficile à résister aux biens d’ici-bas. C’est-à-dire que les personnes ayant autorité doivent porter beaucoup d’attention et doivent se réserver la possibilité de supervision.

4- Déifier l’autorité = Théocratie :

Dieu n’accepte jamais qu’on prie en dehors de Lui. “La prière” veut dire la servitude qui signifie de s’incliner sans condition. On ne s’incline jamais sans condition à un autre que Dieu. Mais chacun trace son propre chemin à sa façon. Et si ce chemin met les vérités au deuxième rang, alors Dieu ne devient plus le centre de la vie. Dieu dit :

قُلْ كُلٌّ يَعْمَلُ عَلَى شَاكِلَتِهِ[12] فَرَبُّكُمْ أَعْلَمُ بِمَنْ هُوَ أَهْدَى سَبِيلاً

Dis: ‹ chacun agit selon sa méthode, alors que votre Seigneur connaît mieux qui suit la meilleure voie ›.” al-Isra (17:84)

Ceux qui préfèrent la vie d’ici-bas à celle de l’au-delà veulent contourner les Livres de Dieu en associant surtout les prophètes et les personnes qui sont connues comme un chef religieux. Et lorsque “les hommes de Dieu” commentent ces paroles fausses, il s’établit une religion parallèle. Les autorités ne permettent pas de critiquer cette nouvelle religion. Les gens l’acceptent pour ne pas être exclus de la société. Abraham avait dit aux idolâtres, après être devenu le messager de Dieu :

وَقَالَ إِنَّمَا اتَّخَذْتُم مِّن دُونِ اللَّهِ أَوْثَانًا مَّوَدَّةَ بَيْنِكُمْ فِي الْحَيَاةِ الدُّنْيَا ثُمَّ يَوْمَ الْقِيَامَةِ يَكْفُرُ بَعْضُكُم بِبَعْضٍ وَيَلْعَنُ بَعْضُكُم بَعْضًا وَمَأْوَاكُمُ النَّارُ وَمَا لَكُم مِّن نَّاصِرِينَ .

 …“Et [Abraham] dit : ‹ En effet, c’est pour cimenter des liens entre vous-mêmes dans la vie présente, que vous avez adopté des idoles, en dehors de Dieu. Ensuite, le Jour de la Résurrection, les uns rejetteront les autres, et les uns maudiront les autres tandis que vous aurez le Feu pour refuge, et vous n’aurez pas de protecteurs.>” Ankebût (29:25)

De cette façon, les autorités deviennent Dieu en le remplaçant. Il est considéré que l’obéissance à l’autorité c’est l’obéissance à Dieu et la révolte contre l’autorité c’est la révolte contre Lui. Cette structure rend les gens d’abord le serviteur d’autorité et après le serviteur de Dieu.

5- Les gens du Livre (Ahl al-kitab) et théocratie :

La Théocratie est une forme de gouvernement dans lequel le pouvoir est considéré comme émanant de Dieu dans les pays occidentaux. Nom formé à partir de deux termes grecs : “THEOS” qui signifie “dieu” et “KRATOS” qui signifie ”puissance, pouvoir” [13]. L’obéissance au Roi et aux gouvernements c’est l’obéissance à Dieu. Mais leur désobéir c’est désobéir à Dieu. Il n’y a aucune évidence de verdict dans la Torah et la Bible. Mais on a formé une base avec les lettres de Paul et Pierre qui sont ajoutées à la Bible.

Paul dit aux Romains dans sa lettre :

“Chacun doit se soumettre aux autorités qui exercent le pouvoir.  Car toute autorité vient de Dieu ; celles qui existent ont été établies par lui. Ainsi, celui qui s’oppose à l’autorité s’oppose à l’ordre voulu par Dieu. Ceux qui s’y opposent attireront le jugement sur eux-mêmes.” [14]

L’affirmation faite dans la 1ère lettre de Pierre :

“Soyez soumis, à cause du Seigneur, à toute autorité établie parmi les hommes, soit aux gouverneurs comme envoyés par Lui pour punir les malfaiteurs et pour approuver les gens de bien. Car c’est la volonté de Dieu qu’en pratiquant le bien vous réduisiez au silence les hommes ignorants et insensés, tant libres, sans faire de la liberté un voile qui couvre la méchanceté, mais agissant comme des serviteurs de Dieu. Honorez tout le monde ; aimez les frères ; craignez Dieu ; honorez le roi.” [15]

Les commentaires de Calvin sur les versets ci-dessus :

Paul dit que “Chacun doit se soumettre aux autorités qui exercent le pouvoir.” Alors ceux qui s’opposent à l’autorité s’opposent à l’ordre voulu par Dieu…

L’autorité qui assure le bien public est un exemple concret de l’autorité de Dieu. Ceux qui jugent sans justice et dictatorialement sont envoyés aussi par Dieu pour punir leurs propres pêchés. Toutefois ils ont une “Sainte Gloire” qui démontre qu’ils ont pris la puissance de l’héritage de Dieu.” [16]

C’est pour cela que l’Église était devenue une organisation canonique du système théocratique. Selon eux le Dieu est La Trinité composée du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Le fils c’est Jésus. “Tout pouvoir lui a été donné dans les cieux et sur la terre.” [17] Et l’Église a le pouvoir d’agir et de décider au nom de Jésus. Jésus est toujours présent à l’église. Jésus s’unit dans des épousailles mystiques par l’Esprit qui est l’âme de l’Église. [18] Le rôle du Saint-Esprit, c’est porter les grâces et les présents de Dieu (du Père) à l’Église et il les préserve contre les péchés. [19]

La parole “Tout pouvoir lui (Jésus) a été donné dans les cieux et sur la terre” a été ajoutée plus tard. Parce que selon l’Évangile de Matthieu, Jésus, trois jours après sa crucifixion et son enterrement, était ressuscité et les 11 disciples allèrent en Galilée, sur la montagne que Jésus leur avait désignée. Jésus, s’étant approché, leur parla ainsi :

“Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez donc, et enseignez toutes les nations, les baptisant au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ; [Et] les enseignant de garder tout ce que je vous ai commandé. Et voici, je suis toujours avec vous jusqu’à la fin du monde.” [20]

Il est évident que ce n’est pas vrai. Car Jésus (alayhi salam), après sa mort, fera son premier discours au jugement dernier.

« (Rappelle-leur) le moment où Dieu dira : ‹ Ô Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux gens : ‹ Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors de Dieu ? › Jésus dira : ‹ Gloire et pureté à Toi ! Il ne m’appartient pas de déclarer ce que je n’ai pas le droit de dire ! Si je l’avais dit, Tu l’aurais su, certes. Tu sais ce qu’il y a en moi, et je ne sais pas ce qu’il y a en Toi. Tu es, en vérité, le grand Connaisseur de tout ce qui est inconnu.

Je ne leur ai dit que ce Tu m’avais commandé : ‹ Adorez Dieu, mon Seigneur et votre Seigneur ›. Et je fus témoin contre eux aussi longtemps que je fus parmi eux. Puis quand Tu m’as rappelé, c’est Toi qui fus leur observateur attentif. Et Tu es témoin de toute chose. Si Tu les châties, ils sont Tes serviteurs. Mais si Tu leur pardonnes ; c’est Toi le Puissant, le Sage. ›

Dieu dira : ‹ Voilà le jour où leur véracité va profiter aux véridiques : ils auront des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux pour y demeurer éternellement. › Dieu les a agréés et eux L’ont agréé. Voilà l’énorme succès.

A Dieu seul appartient le royaume des cieux, de la terre et de ce qu’ils renferment et Il est Omnipotent.” al-Maidah (5:116-120)

Ces paroles, qu’ils avaient ajouté dans la Bible, avaient déifié L’Église. La conversion d’une personne à la chrétienté est soumise à l’approbation de l’Église [21].

Chez les catholiques, qui sont majoritaires parmi le monde chrétien, le Pape est le mandataire de Jésus et il est successeur de saint Pierre. Le Pape est une autorité infaillible de l’Église, il est universel. Hors de L’Église, point de salut. C’est le Saint Esprit qui fait toutes les actions de L’Église [22].

Dans la théocratie, c’est l’Église qui attribue et désigne le Roi, les gouvernements et les souverains.  L’Église agit au nom de Dieu et utilise son autorité. Mais l’Église ne prend jamais de responsabilité. D’ailleurs, la foi dont le Saint Esprit les protège, [23] les empêche de prendre des responsabilités.

6- Théocratie chez les musulmans :

Le Prophète de Dieu (Sallallâhu ‘alayhi wa sallam) avait dit :

لتتبعن سنن من قبلكم شبرا بشبر وذراعا بذراع حتى لو سلكوا جحر ضب لسلكتموه  . قلنا يا رسول الله اليهود والنصارى ؟ قال :فمن  ؟ !

« Vous allez certainement suivre les voies de ceux qui sont venus avant vous, empan par empan, coudée par coudée, même s’ils entraient dans un trou de lézard, vous les auriez suivis. »

Nous avons demandé : « Ô Messager de Dieu (veux-tu dire) les juifs et les chrétiens ? »

Il répondit : « De qui pourrait-il s’agir sinon d’eux ? » (al-Boukhari, I’tisam, 14)

Comme on va le voir un peu plus tard, les Musulmans, soit sur éloignement du coran, soit en faisant dire des mots inventés au Prophète de Dieu, ont suivi les Gens du Livre pas à pas.

Nous allons traiter le sujet, concernant les deux branches principales de l’islam, Sunnisme et Chiisme.

A- Théocratie chez les chiites :

Les chiites, selon l’autorité qu’ils assurent à leur Imam c’est-à-dire, leur souverain, ils ressemblent beaucoup aux chrétiens. Selon eux, la présidence est une position religieuse mais pas politique.

“Son investiture divine est confirmée par une preuve évidente de Dieu, puis par l’imam précédent. Cela ne fonctionne pas par la décision et la demande des gens. Les gens n’ont aucun droit de nommer ou destituer un Imam [24].”

“L’imam, avant et après imamat, est toujours le meilleur et pur personnage en termes d’origine, de tribu et il ne commet aucun péché, aucune erreur, aucun oubli, que ce soit volontairement ou involontairement, depuis son enfance jusqu’à sa mort.” [25]

“Les commandements des imams sont ceux de Dieu, de même que leurs interdictions sont celles de Dieu. Leur obéir ou leur désobéir, c’est obéir ou désobéir à Dieu. Les aimer et avoir de la déférence pour eux, c’est aimer et avoir de la déférence pour Dieu. Eprouver de l’animosité à leur égard, c’est éprouver de l’animosité envers Dieu. Il incombe à tout le monde de se soumettre aux Saints Imams, d’obéir à leurs commandements et de suivre leurs enseignements.” [26]

Il n’existe aucun verset ou hadith sur lequel on peut baser ces considérations. C’est à l’inverse de la nature humaine.

B- Théocratie chez les sunnites :

Chez les sunnites aussi la présidence est une position religieuse. On prétend que le Prophète de Dieu disait :

“M’obéir c’est obéir à Dieu, me désobéir c’est désobéir à Dieu” Celui qui obéit à son émir (le gouverneur), m’obéit ; et celui qui désobéit à son émir, me désobéit. Al-Imâm est un bouclier, on combat derrière lui et on se protège par lui. S’il ordonne la crainte de Dieu, et est juste, il sera récompensé. S’il fait autre chose il aura ce qu’il mérite. [27]

Pour faire accepter ces idées et les idées similaires, on avait modifié les termes Messager et Prophète. Car Rasoul est le messager qui est en charge de la transmission des paroles de Dieu pour les gens. S’il ajoute ou supprime quelque chose de lui-même sa mission finira. (Voir Sourate al-Haqqah 69:44-47) C’est pour cela qu’obéir au Messager est considéré comme obéir à Dieu. D’ailleurs nous n’avons aucun moyen d’atteindre les paroles de Dieu.

Le Prophète, lorsqu’il est le Messager il n’annonce que les versets ; à part cela il peut commettre une faute dans ses paroles et ses pratiques. C’est pour cela qu’il n’y a aucun verset qui commande d’obéir au Prophète. Dans tous les versets qui sont sur ses comportements personnels, ses fautes et ses relations familiales, on l’a appelé “Nabi” (Prophète).

Selon ceux qui veulent augmenter les paroles et les pratiques de notre Prophète au niveau des versets du Coran ”le Messager est celui qui est envoyé avec un nouveau livre et charia, mais le Prophète est celui qui est en charge d’annoncer aux gens les livres et la charia du Messager précédent.” [28] Une altération a été faite et la mission d’annonce du Messager a été donnée au Prophète et les paroles et les pratiques du Prophète ont été élevées comme les paroles de Dieu que le Messager annonçait. Car si on ne les avait pas appelées les paroles du Messager, on ne pouvait pas augmenter la Sunna au niveau du Coran en prenant la base des versets qui commandent d’obéir au Messager. L’Imam as Shafi’i dit, en prenant en évidence les versets qui commandent obéir au Messager :

“La Sunnah du Messager de Dieu ; explique au nom de Dieu, sa demande sur les commandements généraux et privés. Dieu avait égalé, commander avec la Sunnah et son Livre et il avait assuré un lien entre la Sunnah et le Livre [29]. Mais ni le Coran peut abroger la Sunnah et ni la Sunnah peut annuler le Coran. La Sunnah peut être modifiée sauf par une autre Sunnah [30]. Si on dit que la Sunnah peut être annulée par le Coran alors la peine de Rajam (la lapidation) doit être annulée par le verset suivant : “Celui qui a commis la zina (la fornication et l’adultère) et celle qui a commis la zina, fouettez-les chacun de cent coups de fouet…” an-Nur (24:2) [31]

Si on recherche le verset lié, on voit bien qu’on avait appliqué la peine de Rajam (la lapidation) à Médine en suivant la Torah, puis s’était annulé avec les versets ci-dessous. [32] :

“Celles de vos femmes qui forniquent, faites témoigner à leur encontre quatre d’entre vous. S’ils témoignent, alors confinez ces femmes dans vos maisons jusqu’à ce que la mort les rappelle ou que Dieu décrète un autre ordre à leur égard. Les deux d’entre vous qui l’ont commise [la fornication], sévissez contre eux. S’ils se repentent ensuite et se réforment, alors laissez-les en paix. Dieu demeure Accueillant au repentir et Miséricordieux.” an-Nisa’ (4:15-16)

Selon les lapidateurs, ces versets sont annulés par ce hadith rapporté Par ‘Ubada bin As-Samit : le Messager de Dieu a dit :

“Quand un homme célibataire commet l’adultère avec une femme célibataire, ils recevront cent coups de fouet et seront bannis un an. Dans le cas où ils sont mariés, ils recevront cent coups de fouet et seront lapidés à mort.”

Al-Imam al-Shafi`i résume de la manière suivante :

“Avec ce hadith, la peine de prison et du tourment précité est annulée. “Celui qui a commis la zina (la fornication et l’adultère) et celle qui a commis la zina, fouettez-les chacun de cent coups de fouet…” an-Nur (24:2) la peine de cent coups de fouet est annulée par ce hadith et il s’est modifié par la peine de la lapidation [33].

On voit bien que al-Imam al-Shafi’ après avoir dit “la Sunnah ne peut pas annuler le Coran”, il avait pu dire qu’un hadith a annulé trois versets et il les a abrogés. Sunnites et Chiites les deux branches sont pareils. Ce mot, démontre bien leur consensus :

السنَّة قاضية على الكتاب

La Sunnah a le dernier mot sur le Coran [34].

Selon ces idées, en se référant aux hadiths, on a considéré l’exécution d’un ordre du président, comme un devoir [35] sur les sujets qui ne sont pas un péché ou qu’on n’est pas sûr qu’il soit licite et on avait accepté de tuer cette personne abusivement sur son ordre [36]. Abuser veut dire ne pas se comporter normalement. [37] Dans ce cas le président ou celui qui a autorité, peut faire tuer quelqu’un dont il n’aime pas les comportements, sans avoir besoin d’un jugement.

De cette façon, on a contredit beaucoup de versets. Par exemple on avait créé des fondations de prêts avec intérêts, et on avait puni ceux qui s’opposaient aux taux d’intérêts défini par les ordonnances. Omer Nasuhi Bilmen dit que :

“Selon l’ordre du sultan qui ordonne de prêter avec un taux maximum de 15% d’intérêts, ceux qui traitent au-dessus de cette marge bénéficiaire méritent d’être interdits et d’avoir une peine.” [38]

Le montant demandé pour le traitement du dossier est un moyen de tricherie utilisé pour les dettes données avec un intérêt sous prétexte d’un échange commercial. Par exemple, quelqu’un qui demanderait une dette avec 15% d’intérêt annuel, achète à €115 avec un échéancier de paiement d’une année, la marchandise de la personne qui prêterait la somme. De cette façon il devient endetté de €115 à cette personne contre la somme de €100 qu’il a reçu de sa part [39]. Sachant que l’argent est de l’or ou de l’argent, on peut voir le niveau élevé du taux d’intérêts.

Ceux qui ont des difficultés à comprendre ce que nous avons écrit, soit ils réfléchissent comment on a ajouté les lettres de Paul et Pierre dans la Bible, le Livre de Dieu, soit on avait fait dire à Issa (‘alayhi Salam), les paroles qu’on prend comme preuve donnant toute l’autorité à l’Église. Si on accepte qu’on les a ajoutées à la Bible et on n’accepte pas les paroles inventées qui nous atteignent par les livres des hadiths de Boukhari et Muslim, alors c’est une grande incohérence.

7- LES THEOCRATIES CONTEMPORAINES

Les systèmes démocratiques sont en fait un système tout à fait théocratique. Parce que dans ce système L’État est déifié. La différence avec les autres théocraties, celle-ci n’exerce pas le pouvoir au nom de Dieu. En fait, c’est une différence importante, parce que cela n’est pas constitué sur l’exploitation religieuse comme les autres.

Les Français, après avoir gagné le combat contre l’Eglise qui a duré 4 siècles, ont transformé l’état en une entité juridique et les autorités ont reçu un bouclier de l’immunité parlementaire comme les notables de l’Église. Cela empêchait de demander aussi de rendre des comptes aux hommes d’Etat.

Les juges et les procureurs sont également mis comme une intervention divine. Par exemple, la justice pénale d’aujourd’hui appliquée en Turquie n’a pas une obligation de prouver pour les partis. Ni l’inculpé doit prouver son innocence et ni le procureur doit prouver la culpabilité de l’accusé. Les partis et la cour essaient de trouver la vérité en profitant de toutes sortes de matériaux. Tout peut être une preuve, mais le juge ne lie aucune preuve. Pourtant l’honneur et la dignité d’une personne ne peut être laissés à la conviction personnelle d’un juge. Le juge peut prendre part et il peut juger de façon arbitraire. L’inculpé comme le juge sont tous des humains. Si l’un d’eux a commis un crime l’autre aussi a le pouvoir de le commettre. Il faut empêcher le juge pour qu’il ne puisse pas se retrancher derrière son autorité après avoir commis un crime.

Étant une personne ayant exploré les registres des tribunaux Ottomans, qui avait dirigé ses archives, qui avait aidé les chercheurs et qui avait eu son doctorat sur le système judiciaire Ottoman, je peux franchement dire que : Si on peut corriger les erreurs structurelles du passé, le système judiciaire Ottoman, est capable de résoudre tous les problèmes.

On rencontre dans les archives judiciaires Ottomanes, sont ceux qui appartiennent à la justice pénale. Parfois, dans une cour, les procédures pénales pour une année, peuvent se compter sur les doigts de la main. Parce que chaque citoyen se considère comme le propriétaire du gouvernement et peut intervenir dans tout ce qu’il a vu contre la société et il a la possibilité de s’adresser à la justice. Les criminels potentiels se décourageaient parce qu’ils savaient que leur crime ne restera pas impuni. Aujourd’hui puisque les citoyens sont pacifiés devant l’autorité, ceux qui ont des tendances à la criminalité peuvent être encouragés et peuvent devenir une machine criminelle.

La gendarmerie a été établie en 1839 et La Police a été établie en 1845, ça démontre l’extrême sensibilité des citoyens ottomans. Chaque citoyen était un soldat ainsi qu’un gendarme et un agent de police. S’ils ne défendaient pas l’État, un des plus grands empires que l’histoire ait connu, ils ne pouvaient survivre aussi longtemps.

Jusqu’à 1879 Il n’y existait le bureau du Procureur. Dans les crimes contre le public, il était possible d’intenter des poursuites prises en compte. Tous les citoyens pouvaient porter l’affaire en justice et pouvaient poursuivre jusqu’à la fin.

Chaque étape de la justice pénale a été ouverte pour le peuple. L’inculpé et la personne judiciaire, ne sont jamais laissées seules.

Le juge, s’il participait à une cause comme un témoin ou comme un témoin expert, il ne pouvait plus être le juge de cette cause.

Au début, puisque les inculpés étaient présumés innocents, dire qu’il n’avait pas commis le crime était suffisant ; on ne demandait pas une preuve sur le sujet. La culpabilité de l’accusé devait être mise à distance de tout doute et devait être prouvée. Puisqu’on recherchait une preuve objective, c’était hors de question d’arrêter quelqu’un avec un doute pour enlever les preuves.

Les témoins faisaient leurs déclarations devant le juge ; le témoignage, en dehors du tribunal, était considéré comme invalide. C’est pour cela qu’il était impensable d’interroger quelqu’un en dehors du tribunal [40].

LA CONCLUSION

C’est Dieu qui a créé toute les créatures et c’est Lui qui a légiféré leur formation, leur développement et leur évolution.  La religion est la façon dont le Créateur a mis par écrit ces lois. Dieu a dit :

فَأَقِمْ وَجْهَكَ لِلدِّينِ حَنِيفًا فِطْرَتَ اللَّهِ الَّتِي فَطَرَ النَّاسَ عَلَيْهَا لَا تَبْدِيلَ لِخَلْقِ اللَّهِ ذَلِكَ الدِّينُ الْقَيِّمُ وَلَكِنَّ أَكْثَرَ النَّاسِ لَا يَعْلَمُونَ

Dirige tout ton être vers la religion exclusivement [pour Dieu], telle est la nature que Dieu a originellement donnée aux hommes – pas d’alternative à la création de Dieu -. Voilà la religion de droiture ; mais la plupart des gens ne savent pas.” ar-Rum (30:30)

Selon ce verset «la religion est la nature humaine (La Fitra).” La nature humaine (La Fitra) veut dire des lois de la nature sont valables aux créatures. La rupture religieuse est comme la rupture de la nature. La religion corrompue perturbe toute la créature comme la nature corrompue. Si on se conforme à la religion descendue au lieu de la religion inventée, l’État deviendra propre comme le soleil, l’air et l’eau. La religion peut répondre aux besoins de tout le monde sans distinction de race ou de couleur ; la science et la civilisation se développent.

L’Empire Ottoman est un des plus grands empires que l’histoire ait connu. Si on peut corriger les erreurs structurelles qui arrivent de la religion inventée, on peut le présenter comme un modèle d’état exemplaire pour l’humanité.


[1]Rageb Al-asfahânî, Müfredât(vocabulaires), ( lu par Safwan Adnan Dâvûdî), Damas et Bayrout, 1412/1992, vocabulaire « عقل ».

[2]Dans le verset précédent, le mot arabe « iwej » = عِوَجً signifie que certaines personnes qui préférent la vie terrestre sur la vie future essaient de falsifier les sens du Livre d’Allah.

[3]Voir : La sourate Al-An’am 6/112 et la sourate d’Al-Nas 114/6.

[4] Voir : Ömer Nasuhi Bilmen, Büyük İslam İlmihali, İstanbul, sans histoire, p. 17, paragraphe 34.

[5] Risalet. (Mecelle-i Ahkâm-ı Adliyye m. 1450)

[6]Voir : Yusuf 12/50, Şuarâ 26/105 et 123.

[7]İbn Hibetullah, Dahhâk et Saîd b. Cubeyr disent que la sourate Mouhamed a été descendue dans la période mecquoise. (Voir : Tafsir Al-Kurtubî, Cairo 1964/1384 v. XIV, p. 223)

[8] Abûbakr Abdurrezzak b. Hemmâm b. Nafi’ el-Himyerî el-Yemânî es-San’ânî (mort 211 ah) Musannaf, Tahkik Habîbu’r-Rahmân el-A’zamî. Bayrout 1403, c. V, . 325, le nombre du hadith 9728.

[9] eş-Şâfiî, Muhammed b. İdris (mort. 204 ah.) İhtilâf’ul-hadîs, Bayrout 1410 ah. 1990 m. c VIII, p. 606.

[10]Abu Muhammed el-Huseyn b. Mes’ud b. Muhammed b. el-Ferrâ el- Beğavî eş-Şafiî (mort. 510 ah.), Tahkîk Abdurrezzak el-Mehdî, Bayrout 1420, v. II, p. 310.

[11]En Arabe, les gens de grammaire utilisent une méthode qui s’appelle “iltifat” pour souligner une personne absente. C’est le cas dans ces versets.

[12]Taberî, Muhammed b. Cerîr, Camiu’l-beyân fî tefsîri’l-Kur’an, Bayrout 1412/1992. v. 15, p. 140.

يقول عزّ وجلّ لنبيّه محمد صلى الله عليه وسلم: قل يا محمد للناس: كلكم يعمل على شاكلته: على ناحيته وطريقته( فَرَبُّكُمْ أَعْلَمُ بِمَنْ ) هو منكم( أَهْدَى سَبِيلا ) يقول: ربكم أعلم بمن هو منكم أهدى طريقا إلى الحقّ من غيره.

[13]– Mümtaz Soysal, Anayasaya Giriş, Ankara 1968, p. 16.

[14]– (Le message de Pauls aux Romains,13., la Bible, le Nouveau Testament p.206.)

[15]– (Le message de Petros, II/13-17. La Bible. Le nouveau testament, p. 298.)

[16]– Jean Calvin, Hırıstiyan Dininin Öğretisi’nden seçme parçalar (Christianae religionis institutio, Kitap IV, Bölüm 20: Devlet Yönetimi Üstüne) çeviren Şahin ALPAY, Batı’da Siyasal Düşünceler Tarihi 2, Yeni Çağ. Derleyen Mete TUNCAY Ankara 1969, s.48-51.

[17]– (L’évangile de Matthieu 18, La bible, le nouveau testament, p. 43.)

[18]– Günay TÜMER, Abdurrahman KÜÇÜK, Dinler Tarihi, Ankara 1993 p.263.

[19]-TÜMER ve KÜÇÜK, a.g.e. p. 256.

[20]– ( L’évangile de Mtthieu 16-20, La Bible, Le nouveau testament p. 43.)

[21]– TÜMER ve KÜÇÜK, a.g.e. p. 268.

[22]– TÜMER ve KÜÇÜK, a.g.e. p. 270.

[23]-TÜMER ve KÜÇÜK, a.g.e. p. 256.

[24]– Muhammed Rıza’l-Muzaffer, Akâid’ül-İmâmiyye, les croyances des chiites, İstanbul 1978, p. 50.

[25]– Les croyances des chiites p. 51.

[26]– Les croyances des chiites p. 54.

[27]Buhari, (h: 6718, 7137)

مَنْ أَطَاعَنِي فَقَدْ أَطَاعَ اللَّهَ وَمَنْ عَصَانِي فَقَدْ عَصَى اللَّهَ وَمَنْ يُطِعْ الْأَمِيرَ فَقَدْ أَطَاعَنِي وَمَنْ يَعْصِ الْأَمِيرَ فَقَدْ عَصَانِي وَإِنَّمَا الْإِمَامُ جُنَّةٌ يُقَاتَلُ مِنْ وَرَائِهِ وَيُتَّقَى بِهِ فَإِنْ أَمَرَ بِتَقْوَى اللَّهِ وَعَدَلَ فَإِنَّ لَهُ بِذَلِكَ أَجْرًا وَإِنْ قَالَ بِغَيْرِهِ فَإِنَّ عَلَيْهِ مِنْهُ

[28] Voir : Ömer Nasuhi Bilmen, Büyük İslam İlmihali, İstanbul,  p. 17, paragraphe 34.

[29]Muhammed b İdris eş-Şâfiî (mort. 204 ah), er-Risâle, tahkik Ahmed Şakir, Egypte 1358 ah. /1940 m. c. I, p. 79.

[30] İmam Şâfiî, er-Risâle, v. I, p. 107.

لايَنْسخ كتابَ الله إلا كتابُه…وهكذا سنة رسول الله،لايَنْسَخُها إلا سنةٌ لرسول الله

[31]İmam Şâfiî, er-Risâle,v. I, p. 111.

[32]Voir le lien :  http://www.suleymaniyevakfi.org/arastirmalar/nesih-ve-recim-cezasi.html

[33]İmam Şâfiî, er-Risâle, v. I, p. 129-131.

[34]Abdulaziz b. Abdulla b. Bâz (1911-1999 m.) Vucûb’l-amel bi Sünneti Resulillahi Sallallahu aleyhi ve sellem ve küfrü men enkereha, Arabie saoudite 1420 ah. v. I, p. 24-25.

[35]Şeyhülislam Muhammed b. Hüseyin, Fetava’l-Ankaravi, 1/368. M. Amire, 1281.

[36]Ömer Nasuhi Bilmen, Hukukı İslamiyye ve Istılahat-ı Fıkhiyye Kamusu, v. III, p. 309, paragraphe 15

[37]Rageb Al-İsfehanî, Müfredat.

[38]Bilmen a.g.e. V. III, P. 313 paragraphe 858.

[39]Voir : Abdulaziz BAYINDIR, Ticaret ve Faiz, İstanbul 2007, p. 222.

[40] Voir : Abdulaziz BAYINDIR İSLAM MUHAKEME HUKUKU(Osmanlı Devri Uygulaması), İstanbul 1986.

 

 

Facebook'ta PaylaşTwitter'da Paylaş
Date: Jun 18, 2016
Other Fatwas In This Category:
#   Title Date Reads 
1 Les voies soufies 2014.08.05 2,194
2 Les principes des doctrines chiites et des voies soufies concernant la présidence de l’Etat 2014.08.09 6,099
3 L’Etat et l’enseignement religieux 2014.08.05 1,890
4 Les voies soufies et la présidence de l’Etat 2014.08.09 7,363
5 L’éducation morale 2014.08.06 723
6 La conclusion 2014.08.11 4,076
7 La république islamique (la République islamique d’Iran) 2014.08.07 1,789
8 La laïcité 2014.08.09 8,378
9 L’Etat et les partis politiques 2014.08.06 1,922
10 L’autorité califale et la théocratie 2016.06.18 7,136
11 L’unité entre l’armée et le peuple 2014.08.07 1,188
12 L’Homme est-il le successeur (calife) de Dieu ? 2017.06.05 1,982
13 Le Coran et la théocratie 2014.08.08 1,106
14 Partie II (la théocratie et la laïcité selon la Bible et le Saint Coran) 2014.08.08 5,795
15 Le concept de la théocratie 2014.08.08 1,272
16 L’église et la théocratie 2014.08.08 906
17 A. Les règles relatives à la gestion 2014.08.08 647
18 La résistance contre l’erreur 2014.08.09 996
19 Introduction 2014.08.02 501
20 La liberté 2014.08.08 1,742
21 La place de la religion dans l’Etat 2014.08.02 1,327
22 L’invitation à penser 2014.08.08 1,103
23 La laïcité 2014.08.02 683
24 La crainte de Dieu seul 2014.08.08 1,427
25 L’islam selon le coran 2014.08.05 2,562
26 Les mosquées et la théocratie 2014.08.09 5,566