L’Etat et les partis politiques

L’Etat et les partis politiques :

La constitution de la Turquie interdit l’établissement de tout parti politique qui vise à mettre l’Etat sous le contrôle d’une personne ou d’un quelconque groupe. Elle prévoit également la garantie pour empêcher la domination d’une classe sociale à d’autres catégories. Elle empêche aussi la distinction entre un quelconque groupe et d’autres groupes sur la base de la langue, la race ou la religion, elle interdit l’établissement d’un système politique basé sur ces concepts [1].

Ceci est la constitution, et en dépit de cela, certains des dirigeants qui sont l’avant-garde de l’opinion publique mêlent leurs propres idées dans la conduite des affaires de l’Etat et essaient d’obliger les gens d’accepter leurs imaginations. Cette autoritaire unicité des dirigeants a ouvert la voie à la création de partis politiques différents de race, de langue et de religion, puis d’autres partis apparaissent qui sont contraires aux premiers partis, donc les partis abondent et chaque parti a ses partisans qui composent la règlementation pour lui, et ces partisans sont armés d’idées et de visions pour leur parti et ils travaillent tous pour atteindre ces idées.

On remarque qu’il y a des conséquences désastreuses sur la communauté en raison du grand nombre de partis. Ces partis ont des différents milieux et ont beaucoup de visions et de programmes et cela conduit au fait que les citoyens sont divisés en équipes et en groupes. Les énergies se divisent et par conséquent le pays est en train de perdre rapidement son potentiel.

Les dirigeants qui essaient d’imposer leurs idées aux autres provoquent des perturbations dans le pays, ce qui conduit à créer une forte opposition non pacifique qui essaiera de toutes ses forces de se débarrasser de ces dirigeants et cela provoque des conflits confessionnels, ethniques et sectaires.

C’est pourquoi, chaque groupe essaie d’arriver au pouvoir. La plupart de ces partis politiques lutte pour faire de leurs idées une voie vers le pouvoir plutôt que de fournir des services aux citoyens, et dans ce cas, l’apparition de conflits est inévitable.

Il est impossible d’obtenir des résultats positifs sans enlever les raisons sociales et juridiques qui ont conduit à cette situation, c’est pourquoi, la tentative de limiter le nombre de partis politiques le 12 septembre 1980 a échoué où les partis politiques ont augmenté. Il n’y a aucun parti qui peut obtenir une majorité parlementaire, c’est pourquoi, le parti qui avait 20% des voix a le droit de former le gouvernement. Donc on peut dire que les partis politiques ne peuvent pas rivaliser au service des citoyens sauf s’ils s’éloignent des positions idéologiques.

L’établissement des partis politiques fondés sur la religion est une question très importante parce que l’essentiel du conflit existant en Turquie est dirigé contre la religion islamique.

Le parti fondé sur la religion :

Nous pensons que le terme ”parti islamique” est un terme incorrect et qu’il n’y a pas un parti islamique, mais nous pouvons l’appeler ”le parti des musulmans” car il y a une grande différence entre les deux termes, on dit que l’islam est une religion qui vise à guider les gens vers le chemin du bonheur dans ce monde et l’au-delà.

İl est interdit de faire de l’islam un moyen pour obtenir des avantages matériels, car chacun des Prophètes et des Messagers a déclaré : « Je ne vous demande en échange aucun salaire ; mon salaire n’incombe qu’au Seigneur des mondes. » Al-Shuara (26:180)

ceux qui s’opposent à la religion ont confondu les deux. La propagation de la religion et la lutte pour le pouvoir, Donc, nous savons l’importance du dialogue entre Moïse et Pharaon d’Egypte.

Le Coran dit : « Moïse dit : ”Ô Pharaon ! Assurément, je suis un envoyé du Seigneur des mondes, En toute justice, je ne dirai sur Dieu que la Vérité. Je suis venu vers vous avec une preuve manifeste émanant de votre Seigneur. Renvoie donc avec moi les fils d’Israël !” » Al-Araf (7:104-105)

Et il dit : « afin que tu renvoies avec nous les fils d’Israël”

Pharaon dit : ”Ne t’avons-nous pas élevé chez nous tout enfant et n’as-tu pas passé avec nous plusieurs années de ta vie ? C’est alors que tu as commis l’acte que tu sais, ce qui fait de toi un ingrat.”

Moïse dit : ”C’est vrai, je l’ai commis, mais j’étais alors du nombre des égarés, Je me suis enfui parce que j’avais peur de vous. Ensuite, mon Seigneur m’a fait don d’une sagesse et Il m’a placé parmi les envoyés.

Est-ce là la faveur que tu me reproches, toi qui as réduit en esclavage les fils d’Israël ?”

Pharaon dit : ”Qu’est-ce donc que ce Seigneur des mondes ?”

Moïse dit : ”C’est le Seigneur des cieux et de la terre et de ce qui est entre les deux. Puissiez-vous en avoir la certitude !”

Pharaon dit à ceux qui l’entouraient : ”Est-ce que vous entendez ?”

Moïse reprit : ”Il est votre Seigneur et le Seigneur de vos premiers ancêtres”. » Al-Shuara (26:17-26)

Dans ces versets, nous voyons clairement que Pharaon tente de montrer Moïse comme celui qui se bat pour le pouvoir, en dépit de la clarté de ce que Moïse voulait, que Pharaon envoie les fils d’Israël avec lui, car il dit : « afin que tu renvoies avec nous les fils d’Israël »

Mais les gens du peuple de Pharaon qui l’entouraient ont dit : « Ces deux hommes, dirent-ils, sont des magiciens qui veulent vous chasser de votre pays au moyen de leurs sortilèges et abolir votre mode de vie exemplaire » Ta-Ha (20:63)     

Pharaon savait très bien que Moïse ne voulait pas le pouvoir et qu’il voulait seulement envoyer les fils d’Israël avec lui, mais Pharaon ne pouvait pas dire la vérité parce que la vérité n’était pas dans son intérêt, c’est pourquoi il parlait avec Moïse suggérant aux gens que Moïse avait d’autres objectifs. Donc, il a commencé à inciter la population contre Moïse.

C’est pourquoi il n’est pas vrai que l’islam est un moyen pour accéder au pouvoir parce que cette idée erronée conduit à prendre des positions automatiques caractérisées par la négativité envers l’islam. C’est en particulier par les dirigeants qui ne veulent jamais perdre le pouvoir politique.

En conséquence, certains de ces dirigeants déclarent l’hostilité contre l’islam pour préserver leurs pouvoirs d’une part, et d’autre part, les autres font de l’islam un moyen pour atteindre les objectifs d’accès au pouvoir. Le résultat inévitable c’est que les deux partis ont empêché les gens de penser correctement en ce qui concerne leur religion islamique.

L’islam n’est pas un parti mais il est possible que des musulmans établissent un parti ou plusieurs partis où ils mettent leurs programmes par lesquels ils peuvent démontrer le montant de la responsabilité et ils partagent avec les autres partis en compétition afin de devenir un parti au pouvoir.

Le parti vainqueur a le droit de former un gouvernement, ce parti doit travailler en son nom et pas au nom de la religion. S’il a réussi à offrir des bienfaits au peuple, il mérite la récompense, mais s’il a négligé les besoins des gens, il doit porter la responsabilité devant son peuple. L’erreur ne vient pas de l’islam mais il est possible que le musulman commette l’erreur.

La liberté de religion est une question très importante, c’est pourquoi la reconnaissance de la liberté de croyance sans la reconnaissance de la liberté de religion ne signifie rien parce que la croyance vient du cœur mais la religion n’est pas comme cela.

Le mot ”religion” désigne tous les ordres et les interdictions de la religion et la liberté de religion signifie que l’homme doit vivre selon sa croyance. L’islam permet à une personne de vivre selon ce qu’elle croit et empêche toute pression sur la religion, toute religion, ou le mépris ou l’insulte.

À la lumière de cette compréhension, l’Empire Ottoman a permis d’ouvrir les magasins d’alcools et n’interdit pas l’élevage de porcs pour les non musulmans et il a empêché cela pour les musulmans..

Les non musulmans ont trouvé leur liberté religieuse sous l’Empire Ottoman, c’est pourquoi, on trouve des juifs qui ont fui de l’Espagne pour l’Empire Ottoman où ils ont vécu sous l’Empire les moments les plus heureux de leur vie, ils ont même établi une fondation de bienfaisance “le cinquième cent” pour l’anniversaire de ces événements.

Aujourd’hui, cette situation tolérante est malheureusement altérée parce que les athées et les non religieux qui sont propriétaires de plomb dans la vie sociale et économique ont renoncé à la tolérance et sont allés dans la voie de l’extrémisme et certains athées se considèrent comme des musulmans, ce qui a aggravé les problèmes compliqués.

Les partis politiques qui sont établis depuis l’année 1946 sont en compétition afin d’exploiter le sentiment religieux chez les gens afin d’obtenir plus de votes électoraux.

İls ne sont pas au même degré, certains d’entre eux sont bien intentionnés, mais certains d’entre eux exploitent le sentiment religieux pour obtenir ce qu’ils veulent.

L’article 24 de la constitution Turque stipule que ”personne n’a le droit d’exploiter la religion ou les sentiments religieux ou les lieux de culte”.

Car l’exploitation de la religion c’est l’hypocrisie, et il est difficile de distinguer entre l’hypocrisie et la vraie religion, surtout quand les différences et les conflits se déroulent sur les questions religieuses. Donc l’occasion vient devant les hypocrites dans le but de discréditer la religion et abuser de lui, ils accusent même les vrais croyants de prendre avantage de la religion, c’est le contraire de la vérité, c’est ce qui se passe aujourd’hui en Turquie, certains sont hostiles à tous les phénomènes religieux au le nom de la laïcité, ils travaillent dur pour empêcher les gens de la religion en empêchant l’éducation religieuse au nom de la modernité.

Ils justifient leurs actions qu’ils sont contre l’exploitation des manifestes religieux, en prétendant qu’ils respectent la religion en pensant que cette position permettra de réduire la réaction contre eux. Mais la conséquence est à l’opposé de ce qu’ils veulent, les réactions sont intensifiées et la colère contre eux augmente à chaque fois que les musulmans estiment l’hypocrisie de ceux-ci et qu’ils se moquent de leur religion.

L’hypocrisie était un problème à l’époque du Prophète (bénédiction et paix de Dieu soient sur lui) comme le Coran nous dit : « Ils disent : ”Obéissance !”, mais dès qu’ils te quittent une partie d’entre eux parlent à couvert dans un sens différent de ce qu’ils t’ont dit. Dieu consigne ce qu’ils manigancent. Donc, écarte-toi d’eux et remets-t’en à Dieu ! Dieu suffit comme protecteur. » Al-Nisa (4:81)

Il est bien connu que la religion est un message universel qui n’est pas lié par les limites du temps et de l’espace, autrement dit, la religion a des règles qui ne changent pas même si les lieux et les temps changent. Mais en ce qui concerne la politique et les lois de l’Etat, il varie selon le temps et le lieu, et selon les besoins et la situation d’urgence.

C’est pourquoi, l’Etat qui reconnaît la liberté de religion organise ses lois tel que requis par le concept de la liberté religieuse.

Par exemple, lorsque l’Etat impose une loi qui élimine un rite religieux, c’est illogique et inacceptable parce qu’il est impossible que les religieux acceptent l’intervention par l’Etat dans leurs religions.

Pour plus de précisions, nous mentionnerons cet exemple : le verset 31 de la sourate ”Al-Nour” qui ordonne aux femmes croyantes de se couvrir la tête. Donc c’est quelque chose qui a été accepté par tous les hommes croyants et les femmes croyantes depuis la révélation de ce verset jusqu’à ce jour sans le moindre désaccord, c’est pourquoi la plupart des femmes musulmanes en Turquie et d’autres pays couvrent leurs têtes. La prévention des femmes musulmanes qu’elles couvrent leurs têtes est une attaque contre la liberté religieuse et c’était la cause des protestations généralisées dans certains pays. Ces protestations sont encore et resteront aussi longtemps que le Coran est dans notre vie.

Il y a ceux qui profitent de cette question tant que les protestations sont présentes où un parti défend le droit des femmes musulmanes à se couvrir la tête et un autre parti est contre ce droit.

La tentative des athées et de ceux qui sont loin de la religion pour limiter la religion dans ces choses vise à trouver un cas approprié où ils appliquent la laïcité, en tant que système non religieux et qui est hostile à la religion, ensuite l’esprit pense qu’en conformité avec les amours mêmes, dans ce cas confus, les élections ont lieu et les électeurs votent pour des partis par le sentiment et l’émotion et ces électeurs ne se soucient pas de ce que les partis offrent comme services aux citoyens pour le développement du pays, mais ils se soucient de ce que ces partis offrent pour seulement accomplir les rites de la religion car la chose la plus importante chez les athées et les hypocrites qui sont avec eux est que les gens sont tenus à l’écart de la religion, si ces deux partis gagnent et ils entrent dans le parlement, le résultat c’est une corruption politique majeure.

Dans ce cas, le politicien honnête soit va disparaître entièrement pour continuer à servir fidèlement les citoyens soit il change sa position politique selon des intérêts.

Mais selon notre concept traditionnel en ce qui concerne l’Etat, il est difficile d’exploiter la religion si l’Etat n’intervient pas dans les questions de religion et c’est le chemin du salut pour nous tous. Dans un tel cas, la porte est ouverte aux politiciens fidèles à servir l’Etat et le nombre de partis politiques sera en diminution parce que le sentiment religieux n’existe pas, donc personne ne peut l’exploiter, dans ce cas, la nécessité de la formation des hommes politiques fidèles est générée, c’est une chose qui ne sera pas facile parce que cela nécessite une connaissance suffisante, milieux culturels et du personnel qualifié.

Tandis que l’exploitation du sentiment religieux n’est pas quelque chose de difficile, et par conséquent, les menteurs exploitent le sentiment religieux et gagnent l’élection par leur mensonge et deviennent à la fin les voix fortes dans la communauté !


[1] L’article 14 et 69 de la Constitution de la République de Turquie.

Facebook'ta PaylaşTwitter'da Paylaş
Date: Aug 6, 2014

Other Fatwas In This Category:
#   Title Date Reads 
1 Introduction 2014.08.02 380
2 La liberté 2014.08.08 1,500
3 La place de la religion dans l’Etat 2014.08.02 602
4 L’invitation à penser 2014.08.08 975
5 La laïcité 2014.08.02 527
6 La crainte de Dieu seul 2014.08.08 1,275
7 L’islam selon le coran 2014.08.05 860
8 Les mosquées et la théocratie 2014.08.09 4,181
9 Les voies soufies 2014.08.05 1,701
10 Les principes des doctrines chiites et des voies soufies concernant la présidence de l’Etat 2014.08.09 4,296
11 L’Etat et l’enseignement religieux 2014.08.05 1,089
12 Les voies soufies et la présidence de l’Etat 2014.08.09 6,382
13 L’éducation morale 2014.08.06 604
14 La conclusion 2014.08.11 3,331
15 La république islamique (la République islamique d’Iran) 2014.08.07 1,601
16 La laïcité 2014.08.09 6,823
17 L’Etat et les partis politiques 2014.08.06 1,796
18 L’autorité califale et la théocratie 2016.06.18 4,945
19 L’unité entre l’armée et le peuple 2014.08.07 1,041
20 Le Coran et la théocratie 2014.08.08 874
21 Partie II (la théocratie et la laïcité selon la Bible et le Saint Coran) 2014.08.08 4,748
22 Le concept de la théocratie 2014.08.08 1,043
23 L’église et la théocratie 2014.08.08 781
24 A. Les règles relatives à la gestion 2014.08.08 527
25 La résistance contre l’erreur 2014.08.09 862