Islam et Musulmans
Le gingembre dans le Coran

Le gingembre dans le Coran

Question :

Quels sont les avantages du gingembre selon le Coran ?

Réponse :

Dieu dit : « On leur en fera boire un gobelet dont le mélange sera de gingembre » Al-Insân (76:17)

Le gingembre (Zingiber officinale) est une espèce de plantes originaire d’Asie, du genre des Zingiber et de la famille des Zingiberaceae dont on utilise le rhizome en cuisine et en médecine traditionnelle. Ce rhizome est une épice très employée dans un grand nombre de cuisines asiatiques, et en particulier dans la cuisine indienne. Il est aussi utilisé en Occident dans la confection du ginger ale (soda) et de desserts comme le pain d’épices.

Des textes indiens datant de l’an 1000 avant notre ère prescrivaient cette plante pour des maux allant de l’asthme aux hémorroïdes. Les médecins asiatiques l’utilisent toujours.

Plusieurs études sur l’homme mettent en évidence des propriétés antiémétiques. Une synthèse de recherches médicales confirme l’efficacité du gingembre dans le soulagement de la nausée postopératoire.

Le gingembre a été proposé comme un antimigraineux n’ayant pas d’effet négatif.

On lui reconnaît également le soulagement de la cinétose ou maladie des transports, les marins chinois en mâchaient pour la prévenir.

Les femmes chinoises consomment traditionnellement de la racine de gingembre pendant la grossesse pour combattre la nausée du matin.

Effet protecteur sur la muqueuse gastrique.

Combat les insuffisances biliaire et pancréatique.

Fait baisser les taux de cholestérol, de triglycérides sanguins, d’acides gras et de phospholipides.

Le gingembre a une action anti-inflammatoire, soigne en particulier la douleur et les symptômes des rhumatismes inflammatoires.

“Le rhizome de gingembre est peu utilisé en France où il a récemment été inscrit sur la liste des plantes susceptibles d’entrer dans la composition de phytomédicaments bénéficiant d’un dossier d’AMM « abrégé » [Note Expl., 1998] ; il peut revendiquer l’indication : traditionnellement utilisé dans le mal des transports.” (Bruneton 1999).

Suivez-Nous